Livre maintenant terminé, voici le titre pour l'instant. Et voici le blah de la 4ème de couv.  "Dans une France qui a subi le Frexit at l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement d'extrême droite, la vie n'est pas agréable pour tout le monde : une population de plus en plus rassemblée selon ses antécédents nationaux, le repeuplement forcé de certaines régions, l'institution de camps de rééducation pour certaines catégories de personnes, une surveillance quasi-totale, des frontières fermées, en dur et infranchissables, une coupure quasi-totale du rete du monde. Impossible de quitter le pays - ou presque. Certains essaient. peu réussissent. Yannis, fiché comme indésirable et surveillé de près, voudrait partir. mais comment ? L'ouverture des frontières pour des besoins commerciaux, laissant entrer quelques représentants de quleques pays étrangers, lui donne de l'espoir.

Michael, un commercial britannique autorisé à venir présenter le sproduits fabriqués par son entreprise et décrocher un contrat avec l'Etat, a une autre, très bonne raison de venir en France. Mais l'Etat veille et on a intérêt à ne pas attirer l'attention si on veut voir se réalilser ce qu'on espère."  Voilà pour l'instant. J'espère que cela va intéresser quelqu'un.


Alors, pour me faire plaisir, j'ai mis en forme des histoires écrites par ma meilleure amie, Diane, décédée en 1994. J'ai d'abord tapé la version en anglais, changeant certaines choses, éliminant des parties qui nous étaient très personnelles et changeant certaines choses, puis je les ai traduites en français. Puisque ses histoires étaient bonnes, pourquoi ne pas les mettre en valeur. Nos deux noms paraîtront donc sur la couverture - si je les publie. C'est un domaine difficile au niveau de la vente, surtout par ici, ne s'agissant pas de la fantaisie, qui a un succès énorme. Les miennes sont de la SF. Les gens disent "Je n'aime pas la SF", mais que veulent-ils dire par cela ? C'est dommage car mes histoires sont sacrément bonnes !! Celles que j'ai sorti traitent de l'identité et de l'espionnage.

Puis j'ai décidé de mettre ne forme certaines des histoires que j'ai écrites depuis le décès de Diane. je ne sais pas si elles seront publiées. Mais moi, je me suis amusée à les écrire - les terminer aussi pour certaines.


LE MIRAGE CERULEEN. 

   Ce que j'en dis sur la 4ème ce couverture (le dos du livre) : "Une planète au ciel d'un bleu spectaculaire ; une planète gouvernée par les descendants des familles venues de la Terre pour la coloniser ; une planète qui a fini par se retourner contre la Terre et la dominer, l'écrasant sous sa botte. Pour ces seigneurs, la situation est immuable. Mais certains Terriens ne courbent pas l'échine. Ils oeuvrent pour la liberté, persuadés qu'un jour ils renverseront la situation. Et derrière tout cela les Soeurs de la Flamme tissent leur toil, influant les uns et les autres afin que s'accodplisse leur dessein."

   J'espère que ce résumé est suffisamment intéressant pour attirer des lecteurs - si je le publiais. Les "4èmes de couv" sont difficile à écrire. Comment résumer sans dévoiler trop ce qui se passe ? Si nous sommes deux sur la couverture, comme je l'ai dis dans la rubrique "Genèse", si l'histoire en soi vient de ma mielleure amie, Diane, j'ai eu la lourde tâche de tout revoir, enlever ce qui était personnel à nous deux seulement, changer les noms des personnages principaux, changer certains aspects les concernant pour rendre l'histoire accessible au plus grand nombre, sans trop choquer le lecteur. Et puis j'ai tout traduit en français. Donc beaucoup de travail.

   C'est une très bonne histoire où la Terre, pour une fois, n'est pas la planète toute puissante qu'elle est souvent dans des histoires. Elle est devenue une planète dominée par ses maîtres céruléens dirigés par un Seigneur-président tout puissant. Le nom de la planète vient de la couleur de son ciel, un bleu céruléen. A côté de la famille régnante se trouve le Temple de la Flamme, une flamme d'un bleu céruléen aussi, un phénomène géologique naturel, mais adorée par le peuple comme une manifestation spirituelle, croyance entretenue par les Soeurs, menées par une Haute Prêtresse qui semble détenir un pouvoir sur tout le monde. Sur la Terre, le mouvement d'indépendence grandit, attendant le moment de frapper. Tout ce petit monde est entouré de secrets bien gardés qui les relient intimement. Le lecteur est au courant pour la plupart, car l'action se déroule sur quelques dizaines d'années, les secrets s'empilant les uns sur les autres. Reste un grand mystère sur le pouvoir que détient cette Haute Prêtresse. A quoi elle joue ? pourrait-on se demander tout au long de l'histoire. Qui est-elle en réalité ? Amour et haine parsèment l'histoire comme il se doit, et ajoutent leurs poids à ce qui se passe.

   Cette histoire est longue et je l'ai traitée au départ en trois parties, ce qui ferait trois petits tomes, qu'on peut réunir en un gros tome. Je ne sais pas ce qui serait le mieux. Il est possible d'arrêter à un moment clé lors des deux premiers petits tomes.


CHE'AYA

   Le 4ème de couv dit : "Petit garçon, Nathan Sheridan est volé par le peuple Che'aya pour devenir un esclave décérébré sur l'une de leurs planètes minières, comme des centaines de Terriens. Son jumean, Josh, est persuadé qu'il est toujorus en vie à travers une connexion mentale qui traverse le temps et l'espace. Mais comment faire lorsque tout ce que fait la Terre pour retrouver ces esclaves est connu d'avance par les Che'aya ? Comment trouver leur planète mère ?"

   Une autre histoire écrite par Diane et mise en forme par moi-même. Cette histoire est écrite de deux points de vue, celui des Terriens et celui des Che'aya. Elle pose des questions d'ordre ethnique et ethique. Où est le bien, ou est le mal ? Peut-on changer le poids de la tradition ou de la culture ? Jusqu'où va l'identité d'une personne ?

   Là aussi, j'ai dû mettre en forme, éliminer des parties trop personnelles à nous deux et ne garder que l'histoire principale. Là aussi, il y a eu des changements au niveau des personnages - sans toucher à leur rôle et à leur caractère intrinsique. La partie traduction a nécessité beaucoup de réflexion, surtout lorsqu'il fallait traduire la société Che'aya créée par Diane, avec son vocabulaire spécifique. Mais c'est ce qui se passe dans la science fiction, on est obligé de créer des nouveaux mots pour des idées qui n'existent pas dans la réalité. J'ai traité cette histoire en deux parties, car elle est longue. Donc la même question reste que pour Céruléen : faut-il faire des tomes séparés ou un gros tome ?


LE SAUT

Le 4ème de couv : "Le retour de l'Antares de sa mission se déroule comme d'habitude. C'est de la routine. mais quand le vaisseau émerge de l'hyperespace les membres de l'éauipage constatent que quelque chose à changé pendant leur absence. Ce n'est pas la Terre qu'ils ont quitté et toute tentative d'appeler le centre de contrôle échoue. Cependant, ils sont convaincus qu'il s'agit bien de la Terre, la troisième planète de l'étoile Sol. Alors qu'est-tce qui s'est passé ? Et que devraient-ils faire ?"

   Une petite histoire assez courte. C'était la toute première écrite lorsque nous avons recommencé à écrire nos histoires en 1979, après un arrêt de quelques années pendant lesquelles je m'étais enfermé dans une secte (eh oui !). Nous avons toutes les deux écrit une histoire sur le thème d'un saut dans le temps. En reprenant nos écrits pendant l'été 2023, je me suis dite que la sienne était bien mieux que la mienne, mais il y avait des idées dans la mienne qui pourraient être insérées dans la sienne. Et c'est ce que j'ai fait. Je me demande si on peux voir une différence entre son style et le mien. En la relisant, j'ai l'impression que non. Et le temps passant, je ne me rappelle plus ce que j'ai inséré ! En tout cas, là aussi, quelques changements ont été nécessaires, changements des noms des personnages. Pourquoi change-je les noms ? Parce que nous avions des personnages en commun et nos histoires se faisaient toujours avec ces personnages que nous mettions dans des situations différentes. Nous nous identifiions avec eux, en somme. Alors, je ne pouvais pas continuer à faire cela. J'ai dû faire la même chose pour mes histoires à moi. La seule où les personnages ont toujours leur nom d'origine est "Le Survivant". Alors j'ai dû changé tous les autres. Leur donner de nouveaux noms est assez difficile, car leur personalité reste le même au fond.


LA ROUE ou L'ETERNITE EST NOTRE PRESENT.

Bon d'accord, je ne sais pas trop quel titre. Dans ma tête, c'est La Roue. Mais il faut un titre plus intrigant. La 4ème de couv dit : "Un objet circulaire paraît subitement sur Pluton. Comment s'est-il retrouvé là et à quoi sert-il ? Une mission scientifique est commanditée par l'Agence spatiale internationale pour l'étudier. Les membres de la mission se retrouvent confontés à un artefact dont les critères définissant le temps, l'espace et la vie ne sont pas ce qu'ils ont toujours connus. Axel, Lachlan, Julian et Adrianna ont-ils ce qu'il faut pour répondre à la demande de l'artefact ? Sont-ils même prêts à répondre à cette demande ? Et en échange de quoi ?"

   C'est une de mes histoires écrites toute seule après le décès de Diane, le début était écrit il y a pas mal d'années, mais je ne l'avais pas finie, je n'avais pas vraiment trouvé de fin. Je l'ai reprise pendant l'été 2023, je l'ai remaniée complètement - changement des noms des personnages, ce qui a conduit à un changement dans d'autres domaines et a mené à une fin. Je voulais jouer avec l'idée que nous pouvons avoir de l'amour et de l'amitié, les différentes idées. La perception du temps y figure aussi, la perception de la réalité : des réalités, des univers, des temps, la vie... La notion de mythe fait une apparition aussi. C'est ce que j'aime avec la science fiction : on peut jongler avec les idées, et tout est possible. Personnellement j'aime bien cette histoire. Je dirais même qu'il y a un peu de moi et de Diane dedans, comment je nous vois dans l'univers et le temps.


Je me suis rendue compte après coup que j'ai flanqué le même handicap physique à l'un des personnages principaux dans le livre ci-dessus et ci-dessous. Hm. Mais je ne vois pas changer quoi que ce soit. Tant pis, alors ! Et je les ai écrits à des moments différents.


NEANDER ou LIBERTE EGALITE FRATERNITE

Le 4ème de couv : "Que faire lorssqu'on se réveille dans un vaisseau endommagé après quarante ans en hibernation, dérivant dans le cosmos sans moyen de faire avancer le vaisseau ni deappeler à l'aide, ne sachant pas où on est, ni où se trouve la Terre ? Qu faire lorsqu'on rencontre un vaisseau ennemi, lui aussi dans le même état ? Faut-il continuer la guerre qu'on a laissée derrière soi ? Ou faut-il oublier ses différences et essayer d'avancer ensemble ? C'était la décision que devaient prendre Sturart, Andres, Elias et d'autres qui, plus de quarante ans auparavant se seraient entretués. Et que faire lorsque, quelques années plus tard, alors qu'ils ont formé une communauté sur une petite station, un vaisseau terrien aroborant les couleurs de l'un des protagonistes, les retrouve et les somme de rentrer sur la Terre ? A quel prix leur liberté ?"

   Quant au titre, dans ma tête, c'est Neander : cela rappelle néanderthal, et justement, ce mot a comme base un mot grec voulant dire nouvel homme. Je cherchais un mot qui portait l'idée d'aller vers quelque chose de nouveau pour l'humanité pour le titre. Et voilà, cela faisait l'affair. Le mot figure dans le texte. Mais là aussi, peut-être faut-il autre chose, alors la devise de la France est vraiment pertinente. Je ne sais pas d'où est venue l'idée pour cette histoire. Encore une fois, une confrontation de points de vue sociétaux. Après tout, il y a eu beaucoup de changements dans notre société européenne depuis la 2ème guerre mondiale, mais certaines choses n'ont pas changé ailleurs, et ce qui est permis chez l'un ne l'est pas chez l'autre, et ne l'était pas non plus permis chez le premier par le passé ! Rien n'est acquis, comme on peut le voir actuellement, et il y a même une certaine régression dans quelques domaines, De plus, changer la société ne veut pas dire que tout le monde va aller dans le même sens. Certaines personnes ne changent jamais d'attitude. L'idée d'un vaisseau perdu a dû être l'idée de base. Quant à la suite... L'histoire est courte, est-ce qu'elle est vraiment finie ? On pourrait faire une suite, mais est-ce que cela a vraiment un intérêt. Pour moi, c'est cette épisode qui est intéressante. Un après pourrait devenir banal. Et puis, il faut trouver une intrigue pour faire une vraie suite. Autant mieux la laisser comme elle est. Mais cela fait vraiment un petit livre. Verra-t-elle le jour, comme les autres ci-dessus ? Qui sait...