De quoi parlent mes livres ?

Du plus récent au plus ancien, un petit topo sur leur contenu, ainsi qu'un historique sur le pourquoi et le comment.

 en cours :

 

(1) Un roman historique dont le thème est inspiré par l'histoire de mon père, qui a caché pendant presque toute sa vie ce qu'il a réellement fait pendant la deuxième guerre mondiale. L'étoffe d'un roman !

 

(2) Un roman où l'histoire se déroule en 2060 dans une France qui n'est plus ce qu'on connaît : Frexit, frontières matérialisées, l'extrême droite au pouvoir, la situation n'est pas rose pour tout le monde.

 


L'Ange tImbré
Le titre a été inspiré il y a quelques années par un philatéliste que je connais depuis que je suis ici. J'ai couvert en tant que correspondante de presse locale les assemblées générales de son association. Je appelle les membres affectueusement "les timbrés", et le philatéliste en question s'appelle Ange. Le titre s'est imposé rapidement, il était trop beau. Mais l'histoire a pris du temps avant de s'imposer ! Mais voilà le roman enfin. Je l'ai basé autour d'un événement important qui s'est déroulé aux Vans en 2011. Je me suis dit, "On ne voit que ce qui est visible dans un événement, on ne connaît pas les dessous. Qui sait si quelqu'un n'a pas effectivement cherché à faire en sorte que la visite du Président se passe mal ?" Dans l'histoire d'un des personnages, il y a des anecdotes qui sont véridiques, malgré leur côté invraisemble. 

Petites fantaisies ardéchoises

Tales from the other side of the Ardèche

Je me suis dite que c'était dommage de laisser dans un tiroir les nouvelles érites depuis quelques années, et que ce serait une bonne idée d'en faire un livre bilingue. J'ai aussi décidé de les illustrer moi-même, pourquoi pas ?

Cela a pris du temps, il a fallu que je demande à ma soeur de corriger mon anglais, et j'ai bien fait ! 

Le seul fil conducteur est qu'elles ont été écrites dans ce beau pays de l'Ardèche méridionale ! 

 

On pourrait aussi dire que mon regard est un peu décalé vis-à-vis de certains sujets.

 

Le Survivant

Ce roman fait partie de ceux que j'ai écrits dans les années 1980. Il a aussi été lu par une amie à St Paul-le-Jeune qui l'a beaucoup aimé, même s'il contient des scènes très dures - qu'une de mes filles a eu du mal à lire. Mais l'histoire est bonne, à mes yeux, et malgré les scènes dures, il y a beaucoup de place pour des sentiments. C'est une histoire d'amour troublé par des questions d'identité et de société. Aux yeux des deux personnages principaux, Polla le prêtre keterxaya, et Roger le commandant de vaisseau spatial terrien, c'est un amour impossible. Leur rencontre n'aurait jamais eu lieu si les SichOuquai n'avaient pas voulu mettre la main sur les Keterxaya, une situation qui nécessitait l'intervention des forces de sécurité de la Fédération interplanétaire, entre les mains des Terriens.

Le Mystère des Templiers de Jalès

Je suis membre de l'association ACT'Jalès qui anime la commanderie templière à Jalès près de  Berrias, en Ardèche, depuis ses débuts, je fais partie des guides pour les visites, et cela faisait un moment que je voulais écrire quelque chose ayant Jalès comme fond. Mais quoi ? Je ne voulais pas tomber dans le piège de parler du trésor des Templiers, et l'auteur Dan Brown avait déjà commis ses livres. Que faire alors ? Et puis, j'ai trouvé. En fait j'avais le nécessaire sous la main depuis toujours ! 5 Templiers vivaient à Jalès au moment des arrestations ordonnées par le roi Philippe le Bel. On peut suivre leur trace lors des différentes interrogations, sauf pour 2 qui disparaissent tout de suite des registres. Que leur est-il arrivé ? La porte est ouverte pour inventer la réponse. J'invente donc Roger de Sautree, Templier anglais qui se donne pour mission de sauver ses frères de Jalès. J'ai pu utiliser les dernières trouvailles des sondages et fouilles qui ont lieu en ce moment pour reconstruire la commanderie en 1307. Beaucoup de recherches ont permis de construire le monde médiéval autour de Roger : paysages, villes, routes, vêtements, langage - eh oui, il y a même de l'anglais médiéval à certains moments ! Cela m'a pris du temps. Soit dit en passant, elle se visite et on trouve tout ce qu'il faut sur son site. Il suffit de taper Commanderie de Jalès. 

Le baiser de Judas

Ce n'est pas un roman, mais un récit basé sur des faits réels. Cela faisait un petit moment que j'avais envie de faire quelque chose avec les documents qui dormaient dans mon grenier, concernant la manipulation de l'esprit à travers le langage - ou comment on se fait embrigader dans une secte. Mais comment le traiter, moi qui fais normalement de la fiction ? J'ai eu l'aide d'amis bien compatissants, et je l'ai finalement écrit à travers les yeux d'une femme mûre qui analyse ce qu'elle avait écrit dans son journal à l'époque des faits, qui se parle et parle à sa jeune elle-même, afin de savoir ce qui s'était passé. Cela se lit presque comme un roman. Ce qui importe, puisqu'on sait qu'elle a rejoint la secte, c'est ce qui l'a fait basculer, pourquoi elle a basculé. Dans le monde actuel où une certaine radicalisation a des conséquences catastrophiques, j'ai voulu attirer l'attention sur le fait que n'importe qui peut être touché, et donner peut-être des clés qui aideraient à empêcher un embrigadement. Mais ces clés peuvent aussi servir pour ne pas se laisser influencer par d'autres, car les tactiques sont les mêmes. Quand on les connaît on a plus de chances de ne pas se laisser avoir - et de pouvoir aider d'autres.

On achève bien les auteurs

Un petit polar qui avait fait son chemin dans ma tête depuis que mon frère, suite aux deux autres polars dans des villages, a fait le commentaire "mais si tu continues à faire des polars dans les villages autour de toi, les gens risquent de vouloir t'éliminer, toi !" Une bonne idée, mais j'ai attendu avant de l'exploiter. Donc, voilà, François, auteur de polars à succès dont l'action se déroule dans les villages environnants, meurt subitement dès le début du livre. Il découvre, là où il se trouve, qu'il a été assassiné. Par qui ? Et pourquoi ? Il doit revoit les derniers mois de sa vie pour le savoir. Il devient donc le personnage principal de son propre roman. Je me suis amusée à insérer des visuels.

Le Wakon déconnant

Ou "Chroniques du Pays des Vans de Véga de la Lyre" Et écrit par quelqu'un d'autre, en plus ? Oui, mais Maurice Dimet, que je connaissait du temps où j'ai joué dans une pièce de théâtre qu'il avait mis en scène,

est venu me trouver pour la mise en forme, et nous avons ajouté des dessins de ma main, des commentaires, et la couverture. Donc il est devenu un livre à trois mains. Il s'agit d'un opus sur Les Vans. Mais pas n'importe lequel. Si vous aimez les choses déjantées, le délilre littéraire, si vous appréciez le détournement de lieux et d'événements - si vous connaissez un peu les Monty Python - voilà un bon petit livre. Au fait, un wakon ? Eh bien, essayez "ouah con" pour démarrer.

L'aven irréel

Une histoire régionale préhistorique d'anticipation. L'idée de la fin m'est venu lorsque j'ai décroché un boulot comme pohotographie des groupes de visiteurs dans l'Aven d'Orgnac en 2000. J'ai eu beaucoup de temps pour m'imprégner de l'ambiance de l'Aven. Si j'avais la fin, il a fallu 14 ans pour que le reste suive. Préhistorique car cela se passe loin dans le passé. Anticipation car ce qui s'est passé se répercute dans le présent. Le titre contient un jeu de syllabes. Ainsi quel est l'avenir réel de ce qui s'est passé il y a des milliers d'années. Qui sont ces gens perdus à la fin d'une ère glacière. D'où viennent-ils ? Et qui plus est, que vont-ils devenir ?

Pour décrire l'aven à l'époque j'ai pu avoir accès au petit livre écrit par l'inventeur de l'Aven après ses premières explorations, qui décrivait donc le terrain à l'état brut, avant les aménagements que l'on découvre de nos jours. Une mine de renseignements ajoutés à mes propres impressions, et l'imagination fait le reste.

Code Phénix

Surprise, j'ose sortir une de mes histoires SF. Ecrit dans les années 1980, elle a été sacrément remaniée. Elle fait partie des manuscrits que j'avais donnés à lire à une amie à St Paul-le-Jeune des années auparavant. Raff et Valentin vivent une relation de haine et d'amour. Raff est un musicien reconnu sur le plan interplanétaire. Valentin est commandant de vaisseau spatial dans les forces armées de la Confédération interplanétaire gérée par la Terre. La Terre est devenue une entité mystérieuse, on ne la connaît plus, pourtant elle continue à imposer ses lois et maintenir les planètes colonisées sous sa coupe. Mais un vent de liberté balaye les colonies, contré par un mouvement très violent. Raff entreprend pour son père des recherches sur ce mouvement, et ce qu'il trouve se révèle être une machination grandiose ayant des conséquences inouies. 

J'avoue que j'aime beaucoup cette histoire.

Terres en friche

Enfin un livre "régional". L'action se déroule en 2030 en Ardèche méridionale. J'ai maquillé les noms des villages, mais quand on connaît la région on voit très bien où on est. J'ai pris comme prémice l'exploration pour le gaz du schiste, à la une à ce moment-là. Et si on procédait effectivement aux explorations ? Et si effectivement c'était tellement catastrophique qu'on renonçait à l'exploitation ? Mais, une fois la région dévastée et désertée, on pourrait y faire n'importe quoi sans qu'on s'en inquiète. Non ? C'est sans compter avec Mathis qui commence à poser des questions au sujet d'agissements douteux, et envoie ses trouvailles à un ami à Bruxelles qui travaille pour une certaine agence européenne, et qui déboule avec toute une équipe et tout un équipement. C'est une histoire d'espionnage finalement.

Requiem pour Saint Paul

Tiens, un autre polar. Celui-ci est le résultat d'une conversation avec mon frère, qui me raconte une anecdote qui termine avec la notion d'une arme parfaite. C'est trop bon  Comment résister ? Et je me dis, et si on entrait parfois dans la tête du tueur ? Et si, à la fin.... ? Et si, au lieu de .... ? L'histoire se déroule dans le village de St Paul-le-Jeune, pas loin du mien. Quel est le lien entre les personnes qui trouvent la mort ? Il semble qu'il n'y en ai aucun. Quel est le mobile du tueur ? Impossible de trouver. Pourtant, le lecteur a deux occasions pour trouver les réponses avant la fin du livre : les meurtres eux-mêmes, et les pensées du tueur, qui analyse ses propres actes. 

J'avoue que je me suis bien amusée à l'écrire.

La faille du Serre

Comment réunir la SF avec le régional ? Car mine de rien, la SF reste mon dada. Voici le résultat. Il y a une faille géologique qui traverse le Serre de Barre, où se situe mon village. Chaque fois que je descends aux Vans, je le traverse, et passe du schiste au calcaire dans l'espace d'un virage. Il fallait faire quelque chose avec cela. Marc, le personnage principal, revient dans sa région natale, qu'il a fuit suite à une tragédie familiale, afin de la montrer à sa campagne. Après une nuit d'orage, sa terre natale revêt un autre visage, et il rencontre Gironi, dont le rêve est d'épouser Evelina. Mais Marc et Gironi se reconnaissent. 

J'avoue que j'ai un petit faible pour cette histoire.

La mort pour conseil

Un vrai polar, et un défi puisque cela me changeait complètement. Sorti une première fois en 2009 sous le titre "Meurtres aux Vans", il faisait partie d'une série publiée pour La Bouquinerie autour de meurtres commis dans des villages des environs, normalement écrits par quelqu'un habitant le village en question. Après avoir vu "Petits meurtres au jardin", il m'a demandé de participer à la série. Il a eu du succès, décrit à l'époque comme "le meilleur de la série". Je l'ai ressorti en 2016 aux éditions N7 sous un nouveau titre, avec des modifications tenant compte de changements au niveau du système politique dans les petites villages et au niveau de la ville elle-même. Les meurtres en question touchent le conseil municipal. Je me suis amusée à le faire, on peut s'amuser à le lire. Le président du conseil général de l'époque m'a écrit me disant qu'il avait frémi au début, puis il s'est amusé.

Les Petits Meurtres

Noël Tavarès, le personnage principal, et son chat Gingembre arrivent dans le petit village des Crottes dans une région qui ressemble à l'Ardèche méridionale. Il est là pour un an, une année sabatique. D'où vient-il ? Que fait-il ? Voilà le mystère créé par "Petits meurtres au jardin", titre choisi pour les éditeurs, alors que le livre n'a pas été écrit pour être un polar. Noël a certaines capacités : il ressent l'invisible. Son chat aussi. A deux ils vont pouvoir aider les habitants du village à résoudre des énigmes qui remontent du passé. Ce livre a gagné le prix ValléeLivres 2007 et a eu un petit succès. On voulait savoir qui était Noël. Le second tome, "Petits meurtres en forêt" (encore un titre des éditeurs), approfondit le mystère. Noël se trouve mêlé a des événements macabres dans un autre village, à tel point qu'on commence à le suspecter. A mi-chemin de l'écriture de ce tome, je me suis rendu compte qu'il y avait de la matière pour un troisième, et "Petits meurtres dans la plaine" a vu le jour en 2009. Cette fois, le titre était de moi. Il fallait se rendre à l'évidence, on voulait à tout prix que ce soit des petits meurtres. Sans le savoir, j'avais fait une série où le premier livre parlait du passé, le deuxième du présent, et le troisième de l'avenir, car ici Noël pressent l'événement à venir, et il veut tout faire pour l'empêcher. Ce faisant, il se retrouve confronté à son propre passé. 

Me voilà étiquetée, malgré moi, "l'Agatha Christie cévenole".

Il faut bien avouer qu'en lisant ce trilogie, le lecteur avale tout de même une sacré dose de SF - sans s'en rendre compte.